NEWS 
MARS 2005

   

Clic rapide ! Retour News du Mois Retour Moteur de Recherche Retour Accueil du Site

 

 

NEWS   Mars 2005

Les évènements du mois de  PHARMACLIENT.NET

Stratégie Pharma

* L’OCP lance une gamme de Génériques, EVOLUTIV
[Analyse : à l'occasion de Pharmagora, le grossiste N°1 en France, filiale de la famille Allemande Hamiel, propose aux officinaux une gamme de 60 (à terme) génériques, parmi les plus vendus. L’OCP crée une marque ombrelle, EVOLUTIV, qui s’appuie sur des partenariats négociés avec des laboratoires sous forme de contrats d'achat à long terme (mais, au lancement, les génériqueurs sont apparus réticents puisque seul G-GAM aurait signé l'accord, alors qu'il vient d'être racheté par Sandoz) ; le packaging ne se distingue que par une bandelette en plastique portant le logo “EVOLUTIV” qui scelle le packaging original du génériqueur et apporte une sécurité additionnelle ; pour le pharmacien, sont mis en avant : achats simplifiés et stocks allégés, facilité et souplesse de prise de commande avec le répartiteur (2 à 3 livraisons, pas de rupture), gain de temps avec un seul interlocuteur, fiabilité de la logistique OCP, garanties financières, suivi des achats grâce à des statistiques communiquées tous les mois, outils d’aide à la vente (brochures, PLV vitrines, sacs), au détriment des marges par quantité (mais un niveau de marge arrière serait maintenu)… entrée dans le marché des génériques en douceur? trop tardive? pour les pharmacies moyennes uniquement? Entre € 500 et 700 Millions sont potentiellement attendus en 2005 des nouveaux génériques, et notamment du Zocor de MSD, à compter du 5 Mai, pour un marché de € 1.2 Milliards en 2004]
          + Avril 2006 : au bout d'un an, la gamme contient 100 molécules de 3 génériqueurs... mais la pénétration reste marginale et concerne les Pharmaciens tentés par la facilité logistique et les gains financiers sont limités (remises légales, sans plus : depuis début 2006, 20% de marges "arrières") ; la problématique des génériques est cependant devenue stratégique pour les répartiteurs, avec la venue d'ALLIANCE Santé sur ce marché... mais en concurrence frontale avec les génériqueurs : une Marque et des conditionnements propres, ALMUS, contrairement à l'OCP.

* Parapharmacie : PIERRE FABRE renonce à l'intégration verticale au profit de NOCIBÉ, propriété du fond d'investissement anglo-saxon Bridgepoint Capital
[Analyse :  Nocibé reprend Euro Santé Beauté, la deuxième chaîne française de parapharmacies, avec 23 magasins, qui vont s'ajouter aux 321 boutiques déjà détenues par le réseau de parfumeries concurrent de Marionnaud ; une inflexion stratégique pour Nocibé (CA 2004: € 420 Millions), qui veut ainsi juxtaposer parfums et parapharmacie : les clientes sont les mêmes, d'après son Président Xavier Dura (ESCP, Arthur Andersen et PriceWaterhouse Coopers). Euro Santé Beauté (CA : € 36 Millions) est une filiale du Luxembourgeois BOP, une holding appartenant au groupe Pierre Fabre]

Politique et économie de la Santé

* Accentuation du rôle des Pharmaciens dans la réforme Douste-Blazy (loi du 13 Août 2004)
[Analyse : selon un décret d'application, à partir du 28 Février 2005, les officinaux doivent indiquer aux assurés le montant des traitements dispensés ainsi que celui remboursé par l'Assurance Maladie obligatoire ; avec le droit de substitution pour les génériques par les pharmaciens (60 % aujourd'hui, alors que les syndicats de médecins s'étaient engagés à atteindre 25%, objectif non atteint, et de loin...), les transferts de la Réserve Hospitalière et la nouvelle promesse du Ministre d'un accès au futur DMP, les officinaux deviennent un partenaire économique essentiel à la réussite de la réforme]
                       + Mars 2006 : concrétisation du nouveau partenariat avec le signature d'une convention pharmaceutique, avec des contraintes (objectif générique = 70% d'ici fin 2006...) et des des "goodies" (rémunération des gardes...)

Fusions-Acquisitions en Santé

* Acquisition par le chimiste Belge SOLVAY de FOURNIER Pharma pour € 1.3 Milliard en cash (y compris € 300 Millions de trésorerie), soit 2 fois le CA
[Analyse : le groupe Bruxellois Solvay emploie en 2004 plus de 30.000 personnes dans 50 pays pour un CA de € 7.9 Milliards avec 3 secteurs d'activité: chimique, plastiques et pharmaceutique (€ 1.7 Milliard) ; Fournier Pharma, 4è laboratoire français indépendant, basé à Dijon, emploie 3.300 personnes pour un CA de 593 Millions (70% à l'export); son capital est détenu à 80% par la famille Le Lous (héritière du fondateur décédé en 2003), le solde étant détenu par des proches ; son médicament phare est le Lipanthyl, un anti-cholestérol vieux de plus de 20 ans, mais dont une galénique encore brevetée est commercialisée avec succès aux USA par Abbott (CA 2004 : US$ 779 millions, + 38%) ; un bon prix pour Fournier et une cession peu douloureuse sur le plan social, car Solvay est moins développé en France en pharmacie ; Hervé Le Lous, un des 5 héritiers, reste dans le métier de la pharmacie, possédant en propre URGO et JUVA ; pour Solvay, l'acquisition est qualifiée de "stratégique", mais le groupe est le seul chimiste encore diversifié en Pharma et, si l'on considère les modes opératoires dominants aujourd'hui, à savoir le regroupement vers un à deux "grands" pharmaciens nationaux par pays, il faut suivre avec attention les récentes acquisitions complémentaires de l'autre Belge UCB]
                 + Octobre 2005 : Solvay va réduire les coûts de la division pharmacie de € 300 Millions d'ici 2010, avec pour objectif une marge d'exploitation de 20%
                 + Octobre 2008 : Solvay cède la grosse usine pharmaceutique de Fournier, avec une forte casse sociale

* Acquisition par le fond d'investissement TCR Industrial Partners de 60% des Laboratoires CHEMINEAU (conseillés par le spécialiste AFORGE), dans le cadre d'un LBO
[Analyse : créé en 1947 par la famille Chemineau (un héritier, Dominique, âgé de 52 ans, est le Président), Chemineau est spécialisé dans le façonnage pharmaceutique et cosmétique, sous forme liquide et pâteuse ( 240 personnes, CA égal à € 32 Millions en 2004) ; Chemineau a été victime de la consolidation des acteurs sur ce marché, après la reprise par des Grecs (Famar) et Allemands de nombreuses usines pharmaceutiques de grands groupes (Aventis) en France ; TCR Industrial Partners prend la majorité du capital sachant que la famille Chemineau conserve encore 15% et que la banque IKB finance environ 60% du prix d'acquisition en dette senior]
          + Mai 2005 : parallèlement, BIOPHELIA, filiale de NEXTPHARMA qui avait acquis les sites de Monts et Chambray a été mis en redressement judiciaire... un repreneur est attendu à l'Automne
          + Janvier 2007 : nouvelle acquisition pour Famar (la 4ème usine de façonnage en France pour l'entreprise familiale Grecque)... Abbott France lui cède Saint Rémy sur Avre
          + Octobre 2008 : acquisition par TCR Industrial Partners du Laboratoire de la Mer, filiale à 100% du groupe Goëmar, pour la fusionner avec Chemineau

* Acquisition amicale par l'Américain MEDICIS de l'Américain INAMED, pour un montant de US$ 2.8 Milliards en actions et en cash (environ 40%)
[Analyse : l'opération valorise Inamed à US$ 75 par action, soit une prime de 13% par rapport au cours de clôture ; Medicis, spécialisé dans les traitements de la peau, compte profiter de la forte croissance du marché de la chirurgie esthétique aux USA et espère l’autorisation par la FDA de commercialiser à nouveau des implants mammaires en silicone, retirés du marché en 1992 en raison de nombreux cas de rupture ou de fuite ; Inamed vend un collagène de nouvelle génération sans test cutané préalable, sous les noms de Cosmoderm et Cosmoplast (injectables) ; la nouvelle entité réalise un CA de US$ 700 Millions pro forma ; la filiale Française d'Inamed Aesthetics devrait être "boostée" par l'opération (un marché distinct : Association Française des Médecins Esthéticiens ]
            + Novembre 2006: la FDA autorise le retour des implants mammaires sur le marché US (Allergan et Mentor)

* Fusion de la Start-up Biotech Française IDM et de l'Américain Epimmune, par échange d'actions
[Analyse : les actionnaires d'IDM reçoivent 3.77 actions Epimmune par action IDM, ce qui devrait leur donner le contrôle d'environ 78% de la nouvelle entité avec 150 salariés et US$ 41 Millions de trésorerie nette (18 mois de "burn out") ; une fusion raisonnable (les 2 acteurs sont complémentaires dans l'immunothérapie, notamment anti-cancéreuse), après le fiasco, en 2004, de l'IPO pour IDM]
            + Août 2005 : opération réalisée, avec un siège social Américain (San Diego) et un enregistrement dans le Delaware... le Président J.-L Rommet-Lemonne a tourné la page Française

Carnet en Santé (détails dans la PHARMAGALERIE)

* Didier Houssin, nommé à la tête de la DGS (Direction Générale de la Santé, suite à démission de William Dab)
[Analyse : actuellement, Chef du service de chirurgie (digestive) de l'hôpital Cochin à l'AP-HP et Vice-Président du conseil scientifique de l'université Paris-V (René Descartes) ; Établissement français des greffes (EFG), Directeur (1994, création - 2003) ; Né en 1950 (estim.) ; Auteur de 2 livres : «Maintenant ou trop tard - Sur le phénomène de l'Urgence» (2003) et «L'aventure de la greffe» (2000) chez Denoel]

* Alain Herbin, chez ALLIANCE SANTÉ France, comme Directeur des Ventes
[Analyse : auparavant, ALLIANCE SANTÉ France, Directeur de l'Établissement de Béziers (2000 - 2004); ALLIANCE SANTÉ France, Directeur de l'Établissement de Poitiers (1997 - 2000); ALLIANCE SANTÉ France, Directeur de l'Établissement de Toulouse (1992 - 1997); ALLIANCE SANTÉ France, Attaché Commercial de l'Établissement de Saint-Étienne (1989 - 1992); Né en 1961 (estim.)]

* Ruth Metzler-Arnold, chez NOVARTIS France comme Directeur juridique et membre du comité de direction
[Analyse : auparavant, Directeur du Département fédéral de justice et de police (DFJP) jusqu'à fin 2003 ; juge au tribunal d'Appenzell, elle est en 1996 la première femme élue conseillère d'État d'Appenzell Rhodes-Intérieures, chargée de la direction des finances et en 1999, elle est élue au conseil fédéral Suisse ; vice-directeur de PricewaterhouseCoopers en Suisse; diplômée de droit de l'université de Fribourg et d'expertise comptable fédérale]

Relation Client

* Démembrement en cours de finalisation de MÉDIMÉDIA par la mise en vente des éditions Masson
[Analyse : depuis l'acquisition de MediMedia par le fonds d'investissement Cinven (associé à Carlyle et Apax) à Vivendi Universal en juillet 2002, l'éditeur de livres et de revues médicales Masson était en devenir incertain, malgré une bonne profitabilité (à l'inverse du pôle "presse"); la cession a été confiée au banquier Goldman Sachs International à Londres et devrait intéresser les spécialistes mondiaux Reed Elsevier ou Springer (fusion par Candover de Kluwer Academic Publishers et BertelsmannSpringer) ou encore le Français Editis, qui assure toujours la distribution de son ancienne filiale ; après la vente de Masson, il ne restera plus, dans MediMedia, que des actifs Américains spécialisés dans le conseil au laboratoires pharmaceutiques. En Août 2004, United Business Media a racheté le Vidal, la bible des médicaments, pour € 282 Millions, et en ce mois de Mars 2005, UBM fait l'acquisition du Quotidien du Médecin et du Généraliste, pour € 36 Millions en cash]
               + Août 2005 : finalisation de l'acquisition de MASSON (et aussi de DOYMA et NETTER) par le groupe Néerlandais ELSEVIER pour € 270 Millions

* PHARMAGORA a fêté ses 20 ans
[Analyse : en 2005, 550 exposants, 31 982 visiteurs sur 3 jours... succès de la 20e édition et petit "coup de griffe" au Medec (quasi simultané) qui a besoin d'un "revamping" sérieux pour faire revenir les labos exposants. Le Salon des Pharmaciens a été marqué par les enjeux du passage en officine de la Réserve Hospitalière (un challenge technique à ne pas manquer pour la profession, si elle veut perdurer), des génériques (marché multiplié par 5 à moyen terme), et des groupements (aujourd'hui 2 pharmacies sur 3 sont affiliées à un groupement ou un réseau, avec 2 types, Népenthès, leader, "chaîne", et Giphar, coopératif)]

Internet en Santé

* Opération majeure de communication de SANOFI AVENTIS envers le Grand-Public : www.letraindelavie.com
[Analyse : après le train du Génome et le train de la Vie, initiés par Aventis en 2001 et 2004, une belle opération de notoriété responsable auprès du Grand Public en faveur du dépistage et de la prévention, une belle galerie de parrainage scientifique ; une exposition itinérante dans 25 villes et une exposition interactive avec des messages de prévention : «à tout âge, on peut prendre soin de sa santé !» ; un train de 5 voitures pour des thèmes porteurs : «Respirer, c'est vital», «Notre corps stocke les graisses» ou «L’activité physique est un vrai médicament» ; le site Internet, créé pour l'occasion, est limité. Les retombées presse et radio -locale et régionale- sont remarquables à la mesure de la place du groupe SANOFI en France (une boîte de médicament sur 4), et bien plus grandes que le train du SNIP, de modeste mémoire ; en contrepoint, une autre opération de dimension très différente : le "camion" de SERONO (avec les associations de patients) pour l'infertilité, en 2004, a également été une belle réussite médiatique, présentée au Medec, à l'initiative du D.G. Bernard Brigonnet]

* Nouveau site du LEEM pour le Grand-Public: www.le-medicament.com
[Analyse : le premier site en France dédié au bon usage du médicament et rassemblant des données validées récentes sur ce sujet ; un concept ludique et plus qu'accessible]

Chiffres Clés de Pharmaclient

* 5 ans : le 10 Mars 2000 éclatait une des plus importantes bulles boursières de l'histoire, celle des NTIC et des valeurs Internet
[Analyse : à partir du pic de 5048.62 points, commencera une descente qui durera 30 mois au total, jusqu'à un recul de -78%, lorsque le Nasdaq finit à 1114.11 points le 9 octobre 2002 ; le Nasdaq, qui avait bondi de 86% en 1999, a vu tous ses gains partir en fumée l'année suivante en même temps que les promesses de l'économie virtuelle ; l'épuration étant passée, restent effectivement les nouveaux acteurs qui avaient un business modèle original et solide : Amazon.com, Yahoo, Google, Free, Dell, etc. Aujourd'hui le Nasdaq se situe autour des 2100 points]

Gadgets de l’e-humain

* Mini-aspirateur USB... Totalement inutile pour US$ 20 (import USA) ?
[Analyse : un aspirateur pour les cendres de cigarettes, avec un filtre anti-odeur, voilà une innovation inattendue, mais pas inutile pour les ordinateurs portables au restaurant, cf. ci-après]

Divers

* La loi Évin, non respectée dans les restaurants
[Analyse : la loi précise qu'un restaurant est un espace non-fumeur à l'intérieur duquel un espace fumeur peut éventuellement être aménagé sous certaines conditions (signalisation claire, isolement, ventilation par extraction d'air…) ; selon une étude de Taylor Nelson Sofres auprès de 800 restaurants, brasseries et cafés Français, la loi anti-tabac, votée pourtant il y a 13 ans, n'est pas appliquée ; 44 % des restaurateurs ne respecte pas la loi (26 % des établissements est entièrement fumeur) ; seulement 11 % des établissements est entièrement non-fumeur. Pourtant 72% des Français (dont 44 % des fumeurs) souhaite des restaurants sans fumée ; en Europe, les adolescents fument leur première cigarette à 13 ans et un site Internet sera mis en ligne le 1er Juin (www.Help-eu.com)]

* Les boutiques Parisiennes d'informatique de la rue Montgallet (Paris, XIIème) crée un comparateur de prix en ligne pour rivaliser avec les sites marchands ( Rue du Commerce, Monsieur Prix, Kelkoo, etc.)
[Analyse : située à quelques pas du magasin Surcouf, la rue Montgallet foisonne de boutiques de matériel informatique. A noter que de rares devantures ont fait le parcours inverse, comme e.Soph, qui est parti d'un magasin virtuel et revendique près de 80.000 clients Internautes avec un panier moyen de € 200]

Vous pouvez recevoir la Newsletter mensuelle de Pharmaclient par e-mail !
Gratuitement à la fin de chaque mois
Merci de vous inscrire dans le formulaire CONTACT


Actualisation / Updating: Jan 15 2017