NEWS 
FÉVRIER 2009

   

Clic rapide ! Retour News du Mois Retour Moteur de Recherche Retour Accueil du Site

 

 

 

NEWS   Février 2009

Les évènements du mois de  PHARMACLIENT.NET

Stratégie Pharma

* Nouveau plan stratégique lancé par Chris Viehbacher à la SANOFI
[Analyse : au menu, 12 programmes (Herculéens) de transformation qui concernent les grandes fonctions managériales, et notamment la R&D (secouer les équipes, réorganiser suite à un audit du BCG, ouvrir à l'extérieur, développer les partenariats Biotech, sachant qu'alors «il faut embrasser pas mal de Grenouilles avant de trouver un Prince»), la production industrielle (le guêpier des capacités excédentaires en France et ailleurs en Europe, héritage des fusions), les RH (les revers de la culture maison, sans oublier ses atouts, réorganiser suite à un autre audit des cadres dirigeants alloué au cabinet de recrutement Egon Zehnder)... dans un contexte d'urgence (l'épée de Damoclès des génériques du quasi-monopole du Plavix, en 2012, sans compter le lancement imminent aux USA du concurrent direct de Lilly-Daiichi, le prasugrel)... en consacrant 20% du temps à des M&A (les génériqueurs comme Medley au Brésil, après le long scénario de Zentiva, l'OTC localement, les Vaccins, et surtout des portefeuilles de produits éthiques permettant d'amortir le choc de 2012)... premières décisions attendues d'ici l'Été]

* le CRIP alerte sur les effets pervers du montage des prix par le CEPS en France, pour l'innovation incrémentale
[Analyse : le constat est, hélas, patent (et soutenu par une étude ad-hoc commanditée au Prof. Claude Le Pen) ; si 80% des nouvelles molécules et des nouvelles indications obtient (depuis le début des années 2000) une ASMR V, alors, pour ce qui est des innovations thérapeutiques incrémentales (l'exemple type est l'amélioration galénique qui transforme la vie du patient sans améliorer l'efficacité), le pourcentage est de... 100% ; pour les Labos membres du CRIP (un groupement de 17 entreprises, comme Lundbeck, Novo-Nordisk, Bouchara-Recordati, ALK, Chiesi, Galderma, Menarini, qui représente globalement 12% du marché Français) c'est une question critique, voire essentielle, ces laboratoires de taille moyenne se devant de concentrer leurs ressources financières de R&D, limitées, sur des projets viables, par exemple d'amélioration galénique brevetable ; or, outre l'écueil de l'ASMR V (qui signifie prix sous tutelle) vient s'ajouter la contrainte du CEPS qui fixe le prix sur la base du comparateur (en l'occurrence, une molécule très ancienne, aux prix jamais actualisés) ; d'où les 2 recommandations du CRIP (qui devraient trouver un écho au LEEM, dont il fait partie) : une refonte des ASMR qui ne se focalise plus seulement sur l'efficacité, mais tienne compte des avantages patients (avec une nouvelle strate positive dans la zone IVa pour des prix libérés), et, une nouvelle appréciation du comparateur de prix par le CEPS (indexation au moins partielle, à l'inflation)]

* Chute dramatique des investissements financiers dans les Biotechs Françaises, en 2008, selon FRANCE-BIOTECH
[Analyse : malgré les déclarations officielles (et les analyses factuelles de Pharmaclient) et déjà fragilisé par un flux d'investissements insuffisants historiquement, le financement des Biotechs en France vit la crise ; selon une étude bien tardive, menée par l'association France Biotech (non détaillée), l'enveloppe totale a baissé de 79 %, passant de € 694 Millions en 2007 à € 144 Millions (parallèlement au marché boursier qui a plongé de... 98 %, à € 12 Millions, les financements dans les sociétés non cotées ont diminué de 27 %, à € 132 Millions) ; point noir du tableau : la réforme du CIR de 2007 (Crédit d'Impôt Recherche) qui entraîne, contrairement à l'effet recherché, une réduction annuelle du CIR pour 56 % des PME de biotechnologies de moins de 5 ans (la réforme bénéficie aux grandes entreprises et aux PME établies), notamment en raison de l'exclusion des avances remboursables de l'assiette des dépenses éligibles (et en parallèle OSEO Innovation, le partenaire clé des PME innovantes, reçoit une dotation divisée par 2 par rapport à 2008, soit € 320 Millions)... recommandations en rapport pour redresser la barre, si la priorité de l'État vers l'innovation des Biotechs est toujours d'actualité]

Politique et économie de la Santé

* Loi Bachelot (HPST) : du consensus né de la vertu
[Analyse : la loi Hôpital, Patients, Santé, Territoires, de reconfiguration du système de Santé Français, est en train de passer sans encombre le premier, et plus important, test de l'Assemblée Nationale (le vote final du Sénat n'est pas attendu avant Mai), malgré un nombre important d'amendements (de détail) et la grogne de façade de certains syndicats libéraux (liée aux épisodes conventionnels), pourquoi ? la raison n'est pas à chercher bien sûr dans la préparation et la consultation par les États Généraux au Printemps 2008 (c'est loin, surtout pour les médias), mais plutôt par ses côtés vertueux (déconcentration régionale souhaitée par tous, mise en réseau ville-hôpital, remplacement du conseil d’administration par un simple conseil de surveillance, renforcement des pouvoirs et de l'autonomie du chef d'établissement, contrats pluriannuels d'objectifs et de moyens entre l'ARS et le Président de l'hôpital) et par les corrections des erreurs passées patentes (le Maire Président de l'hôpital local, le recours injustifié aux urgences mis en évidence par un doublement des appels au 15 en moins de 10 ans) ; ce qui frappe aussi (pour les managers d'entreprises que nous sommes), c'est, dans le cadre d'un projet de re-engineering d'une telle ampleur, l'absence de budgétisation des nouvelles structures types ARS et surtout des nouveaux organes de (contrôle de) gestion centralisé comme l'ANAP reconversion des MEAH, l'absence d'agenda et de comités de pilotage indépendants pré-définis ; le Politique (et son administration) demandant un blanc-seing aux élus (comme à l'accoutumé) si bien que certains experts en déduisent que le projet n'est qu'un affichage pour restructurer et ré-allouer des effectifs reconnus comme pléthoriques et mal affectés avec absentéisme majeur, à coûts nets constants (ils se rappellent que dans le cadre du plan Juppé de 1995, lui-même issu d'un rapport Soubie qui préconisait déjà les principales mesures actuelles, les directeurs d'ARH étaient sensés disposer de pouvoirs de restructuration importants, une situation qui n'a duré que 18 mois, avant reprise en main centrale)... l'État gestionnaire-décideur peut-il être à la fois juge et parti ? En tout cas, une réforme majeure peu discutée parce que vertueuse, trop conceptuelle, dont on ne pourra juger du succès éventuel de mise en œuvre que dans 5 ans, au mieux]

* Feu vert du Sénat à la Première Année Commune (PAC) pour les Étudiants en médecine, pharmacie, dentaire et sage-femme (à la rentrée 2010)
[Analyse : une autre réforme vertueuse, certes plus modeste et davantage gérable, et qui va changer la donne pour le cursus universitaire (davantage de cohérence, de mise en réseaux, de souplesse dans les carrières), et probablement rendre le médicament plus proche des étudiants du tronc commun ; certains déplorent que d'autres professions de santé, comme les kinésithérapeutes, ne soient pas incluses dans cette Première Année Commune, pour pseudo-pacsés]

* Nouveaux tarifs T2A : complexification et pondération favorable aux gros établissements
[Analyse : syndrome classique, la nouvelle formule de la T2A passe de moins de 800 tarifs à plus de 2200, pour tenir compte des critiques sur la rigidité précédente (la gravité de la situation des patients est prise en compte par des indices intermédiaires, certains ayant dénoncé des aberrations, et même des non-sens comme la différence de coût de la mort sur place -80% des Français meurt à l'hôpital- avant minuit, valorisation à 800 €, ou après, près de 8000 €) ; donc se complexifie nettement : en moyenne chaque pathologie correspond à 4 tarifs différents ; la nouvelle grille favorise en outre les gros établissements (CHU) en charge des cas les plus lourds et des malades précaires, et revalorise mieux les actes de médecine plutôt que de chirurgie ou d'obstétrique (la T2A ne concerne que le MCO), autre élément, poussé par la FHF (8 CHU sur 10 sont en difficultés financières), qui favorise le secteur Public au détriment des cliniques ; enfin, mécanique structurelle, la hausse standard annuelle est limitée à + 0.45% (hormis une enveloppe spéciale de € 800 Millions allouée séparément, pour la permanence des soins en urgences et la prise en compte de la situation sociale des malades)]
                           + Juin 2009 : la tutelle repousse aux calendes la convergence de la tarification T2A entre privé et public (report de 2012 à 2018 !) ; en réponse, les cliniques réclament la mise en place d'un tarif unique pour 50 prestations hospitalières de base

Fusions-Acquisitions en Santé

* Acquisition par le Danois LUNDBECK de l'Américain OVATION pour US$ 900 Millions, soit 4.5 fois le CA et 30 fois la marge d'exploitation
[Analyse : Ovation, fondé en 2000 et basé dans l'Illinois (250 personnes, CA 2008 : US$ 200 Millions), est surtout connu comme le fabricant du Tranxène aux USA, qu'il a repris (avec Desoxyn) à Abbott en 2002 ; pour Lundbeck (CA 2008 : € 1.4 Milliard dont 38% pour l'antidépresseur citalopram), détenu majoritairement par une fondation à but non lucratif, l'opération est clairement un premier pied en direct sur le marché US (sachant que la part du CA, 25%, réalisé aux USA, est indirecte, notamment citalopram par Forrest Labs) ; en plus de la complémentarité géographique, le fit thérapeutique est parfait, dans le CNS ; le paiement est réparti en US$ 600 Millions au bouclage de la vente et US$ 300 Millions dans l'année qui suit, sous réserve de l'agrément par la FDA à la mise sur le marché du Sabril (un anti-épileptique ancien, synthétisé en 1974, mais protégé aux US)]

* Acquisition par l'Américain MEDTRONIC de 2 fabricants de valvules cardiaques, l’Israélien VENTOR Technologies pour US$ 325 Millions et l’Américain COREVALVE pour US$ 700 Millions
[Analyse : fondé en 2001 et basé en Californie, Corevalve fabrique des prothèses de valvules aortiques qui peuvent être implantées avec une méthode non chirurgicale, par l’insertion d’un cathéter dans l’artère fémorale, et les vend (2600 unités à ce jour pour € 20 000 chaque), en Europe, Canada, Australie, et en Amérique Latine (mais pas encore aux USA) ; d'autre part, Ventor Technologies, fondé en 2004 (entreprise privée de 24 employés), développe une prothèse de valve aortique également insérable par cathéter (le cœur continuant de battre) ; Medtronic (CA 2008, US$ 13.5 Milliards) leader des dispositifs cardiaques implantables met donc la main sur une technologie trans-cathéter prometteuse pour tous les patients candidats à une prothèse qui ne peuvent être opérés en raison de leur état de santé, développée par 2 petites Biotech (la première à peine bénéficiaire, la seconde encore au stade de start-up)... une opération à la barbe d'Edwards LifeScience, son concurrent frontal en cardio, un ancien spin-off de Baxter, aujourd'hui indépendant (CA : US$ 1 Milliard)]

* Acquisition par l'Américain MERCK des principaux actifs de l'Américain INSMED, pour US$ 130 Millions
[Analyse : pour renforcer la création récente de Merck BioVentures (cf. News Pharmaclient, Décembre 2008), Merck se dote à la fois d'un outil semi-industriel à Boulder, Colorado (pour le G-CSF) et de bio-similaires en développement en prévision de l'explosion de ce marché, notamment aux USA]

Carnet en Santé (détails dans la PHARMAGALERIE)

* Laurent Attal, chez L'ORÉAL HQ, comme Vice-Président et D.G. R&D
[Analyse : auparavant, L'ORÉAL USA, Président (2005 - 2009), GALDERMA (L'ORÉAL-NESTLÉ), D.G. (2002 – 2005), L'ORÉAL, D.G. Département Cosmétique (1998 - 2005), VICHY (L'ORÉAL), D.G. (1994 - 1998), L'ORÉAL, Responsable Commercial (1986 - ) ; Né en 1958, en Tunisie, Médecine (Docteur, dermatologie), MBA INSEAD 1985]

* Laurence Debroux, chez SANOFI-AVENTIS HQ, comme Chief Strategic Officer et Membre du comité exécutif et du comité de Direction Groupe
[Analyse : auparavant, SANOFI-AVENTIS HQ, Directeur financier (2005 – 2008), SANOFI-SYNTHELABO HQ, Directeur du Plan Stratégique (2000 – 2004), SANOFI HQ, Trésorière, puis Directeur Financement Trésorerie (1996 – 2000), ELF-AQUITAINE, Manager Financier (1993 - 1996), MERRILL LYNCH UK (Londres) ; HEC]

* Jean-Pierre Lehner, chez SANOFI-AVENTIS HQ, comme Senior Vice President, Chief Medical Officer 
[Analyse : auparavant, SANOFI-AVENTIS HQ, Senior Vice President Affaires médicales et réglementaires (2005 - 2009), SANOFI-AVENTIS HQ, Vice-Président Affaires médicales Europe (2003 - 2005), SANOFI-SYNTHÉLABO HQ, Directeur scientifique (1996 – 2002), SYNTHÉLABO HQ, Directeur des Investigations cliniques (1992 – 1996), ROUSSEL UCLAF (HOECHST), Directeur Médical (1986 - 1992), ROUSSEL (HOECHST ROUSSEL) France, Directeur Médical (1981 - 1986), AP-HP (Bichat), Chef de clinique assistant ; Médecine (Docteur)]

* Christian de la Tour, chez IPSEN UK (Londres), comme Président
[Analyse : auparavant, IPSEN HQ, Vice-Président, Corporate Business Development (1998 – 2009), IPSEN HQ, Manager et Fondateur du département de Business Development (1986 - 1998), IPSEN, diverses fonctions dans le département export et licences (1983 - 1986) ; Institut Supérieur de Gestion (I.S.G., 1983), membre du Licensing Executive Society (L.E.S) et du Pharma Licensing Group (PLG)]

* Antoine Bon, chez URGO (BTG-VIVASANTÉ), comme D.G.A., en charge du développement de la division Soins & Santé
[Analyse : auparavant, URGO (ex-FOURNIER) UK, Managing Director (2002 - 2009), FOURNIER HQ, Directeur du Contrôle de Gestion OTC (1999 - 2002), CANAL PLUS, Manager Finances (1991 - 1999), PRICEWATERHOUSECOOPERS, Consultant ( - 1991) ; Sup de Co, Insead IEP]

* François Denis, chez SOLVAY PHARMA France (y compris Fournier Pharma), comme Vice-Président des Affaires publiques et gouvernementales
[Analyse : auparavant, SOLVAY France, Directeur Affaires Publiques (2003 - 2009), SOLVAY PHARMA France, Directeur Affaires Publiques (1996 - 2003), UPJOHN France, SERVIER ; Né en 1955 (estim.), Sciences Po 1980]

Relation Client

* Accès aux données anonymisées de remboursement pour les Complémentaires : première étape concluante pour la FNMF
[Analyse : pour la Mutualité Française, la faisabilité technique et juridique est acquise, suite à une expérimentation entre 4 mutuelles volontaires, 3 pharmacies mutualistes, puis 3 pharmacies libérales, pendant 1 an (jusqu'à Juin 2008), portant sur la transmission anonymisée à la FNMF des demandes de remboursement électroniques (DRE) des adhérents des mutuelles expérimentatrices ; la généralisation devrait s'engager d'ici la fin de l'année, pour mener à des offres de prestations individualisées à partir de 2011]

* CAPI, la prime au mérite des Médecins entre en vigueur selon la volonté des caisses (UNCAM) et la Loi, mais sans accord des Syndicats de Médecins
[Analyse : la rémunération partielle «au mérite» de Médecins Généralistes volontaires passe à la réalité, au moins théorique ; les CAPI (Contrats d'Amélioration des Pratiques Individuelles) peuvent atteindre jusqu'à 7 € par patient et par an, proportionnellement à l'atteinte d'objectifs préalablement agréés mutuellement avec les caisses ; la patientèle moyenne d'un MG étant de 800 assurés, la prime atteindrait, au maximum, € 5 600 par an ; l'innovation conceptuelle des CAPI, c'est le contrat individuel, c'est des objectifs (aujourd'hui essentiellement de la prévention du cancer du sein, de la vaccination, des bonnes pratiques de prescription à un coût raisonnable)... et aussi une entorse au principe des 5 libertés de la médecine libérale (et les syndicats ne s'y trompent pas qui parlent d'usine à gaz, qui refusent de les inclure dans la moribonde nouvelle convention médicale, plutôt que d'affronter les médias sur ses côtés supposés vertueux, sans parler de leur banale faisabilité pratique par les Caisses locales) ; compte tenu du système actuel de rémunération des médecins libéraux, il est évidemment plus facile de jouer sur les volumes plutôt que d'inviter les loups DAM et médecins de caisse dans la bergerie, et seule une infime minorité de MG pourrait se porter candidat (les très faibles revenus)... mais c'est un premier pied vers une part de fixe (par patient) dans la rémunération des médecins en France]
                   + Avril 2009 : publication au J.O., opposition du CNOM (Conseil de l'Ordre des Médecins : incompatibilité avec les règles de déontologie médicale), et refus actuel selon un sondage de 75% des praticiens
                   + Juin 2009 : la CSMF et le LEEM, indépendamment et sur des critères différents, déposent un recours en Conseil d'État, et le Syndicat de Médecine Générale (SMG), lance une pétition lettre ouverte au directeur de l'Uncam (tandis que la directeur du CEPS s'y déclare favorable)

* Nouvelle campagne d'éducation pour la Santé, Hein?, par le dépistage des troubles auditifs, par téléphone
[Analyse : dans la droite ligne d'autres campagnes de l'État (Alcool, Sida, tabac, etc., et en ce moment aussi sur les radios, les accidents domestiques liés à bébé), réussies, l'association France Presbyacousie propose une campagne multimédia (Télé, Internet) de dépistage des troubles auditifs, dont souffriraient près de 5 Millions de Français, par téléphone (0892 790 791, un numéro surtaxé à € 0.34 par minute), et en pratique un test de 4 minutes simple (27 séries de 3 chiffres énoncés au téléphone, à valider dans un environnement sonore à intensité variable) ; cible visée (1 Français sur 2 ne fait jamais évaluer son audition ; 38 % des personnes qui consultent le font seulement suite aux pressions de leurs proches) : les personnes âgées bien sûr... et, espérons-le, les jeunes victimes du sur-emploi trop fort du lecteur MP3. Qui est derrière Presbyacousie ? Un groupement de fabricants d'appareils (tous les grands dont Sonak, Siemens, etc.), sous le patronage de la Fédération Nationale des Audioprothésistes Français FNAF et des ORL... inattendu et bienvenu... à imiter par la Pharma ?]

Internet en Santé

* Le Webzine de l'AP-HP, nouveau magazine en ligne de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris 
[Analyse : un nouveau site Internet, clair, bien construit (structuré, couleurs repères, rubriques différenciées : Ma Santé, Sur Mesure, Innover, Zoom, Coulisses) comme vitrine des infos de l'AP-HP pour les visiteurs et ses employés, c'est assurément une bonne idée et du bon travail de webagency ; reste le contenu, évidemment pro-domo, fluide (sans aspérité)... peut-il intéresser les visiteurs actuels - 13 000 qui consultent chaque jour le site web en quête d'information sur un service ou une consultation, donc avec un besoin pratique - face à la concurrence des médias Santé ? ce n'est pas sûr, même avec le label HonCode]

* La HAS met à disposition des médecins des fiches synthétiques sur le médicament, à partir des analyses de la Commission de Transparence
[Analyse : la Haute Autorité de Santé annonce publier mensuellement sur son site Web (une dizaine) de synthèses d’avis de la Commission de la Transparence à destination des Professionnels de Santé (nouveaux médicaments et nouvelles indications, par exemple Effexor LP dans le trouble panique) ; la communication est ainsi une re-formulation (un peu) simplifiée, raccourcie (synthétisée)... y gagne-t-on en praticité pour les médecins de ville, voire en guidage de la prescription ? non, cela reste de l'information descriptive, certes utile, mais différentes des besoins de ses clients ; et selon la HAS, elles ne remplacent pas les fiches de bon usage du médicament, limitées par décision à «une dizaine de médicaments par an au maximum et réservées aux nouveaux médicaments dont la population cible est importante ou qui présentent un risque de mésusage»]

Chiffres Clés de Pharmaclient

* 80% de l'allongement de vie des Français est expliqué par la baisse de la mortalité cardio-vasculaire
[Analyse : selon une analyse courant sur 25 ans (1980 - 2004), présentée par le Prof. Alain Castaigne (Cardiologue à Henri Mondor, AP-HP et aujourd'hui Directeur Médical et Scientifique chez AstraZeneca France), la mortalité cardiovasculaire a baissé de 445 pour 100 000 à 215 (alors que la mortalité par tumeurs passait dans le même temps de 257 à 228 et devenait la première cause de mortalité agrégée en France) ; à noter (notamment pour les incrédules de l'apport médicamenteux) que 40% à 50% de la baisse de mortalité est expliqué par les thérapeutiques, le reste par le meilleur contrôle des facteurs de risque (tabac, LDL, HTA)... mais aussi que certains experts sont inquiets de voir la courbe mortalité remonter avec de nouveaux comportements à risque (obésité)] 

Gadgets de l’e-humain

* Mutation confirmée dans le support de l'information, du papier à l'électronique
[Analyse : après Bakchich, créé en mai 2006, Rue89 et Mediapart, un nouveau site d'information non adossé à un titre papier se lance sur le web, Slate.fr ; contrairement au  site Mediapart (9 € par mois), Slate.fr fait le pari de la gratuité ; co-fondé et dirigé par Jean-Marie Colombani, ancien patron du groupe Le Monde, qui s'est entouré d'anciens journalistes, Éric Le Boucher et Éric Leser, de chroniqueurs comme Jacques Attali et d'hommes de l'univers du Netavantages par rapport au papier (même gratuit) : réactivité, images couleurs, indépendance, Web 2.0 ; inconvénients : modèle économique, connexion indispensable ; avenir : sans aucun doute, le futur des médias quand les écrans de poches repliables et le Wi-Max seront généralisés... alors la valorisation sera peut-être un jack-pot pour les fondateurs]

Divers

* L'histoire de la carte Vitale détaillée sur Wikipedia
[Analyse : Wikipédia, l'encyclopédie libre n'en finit pas de montrer ses atouts et ses succès (au point de vider tout intérêt envers les encyclopédies commerciales, mêmes payantes) ; écrite par les internautes-contributeurs grâce à la technologie Wiki, la base en Français comprend 767 266 articles... et les articles traitent de plus en plus de sujets très techniques, comme celui, nouveau écrit par un expert (voire un initié, sans doute en retraite), sur la carte Vitale en France et plus largement sur le système Sesam-Vitale (historique, évolution, la FSE, les réseaux, la télétransmission, le RSS, la Vitale 2, le parcours de soins coordonnés, sans oublier les anecdotes ...) ; échaudés par trop d'abus (et surtout de tentatives de manipulation-déstabilisation), les Wikiens viennent de mettre en ligne un avertissement (la pertinence du contenu de cet article est remise en cause... Février 2009) et pourtant...]

* La musique est le propre (génétique) de l'homme
[Analyse : l'observation de plus en plus pointue de nos cousins simiens les Bonobos (rien à voir avec le groupe Rock Bonobo) et des chimpanzés a conduit à penser que rares étaient les comportements spécifiques à l'homme... sauf la perception du rythme musical ; d'après une étude menée par des chercheurs Hongrois et Hollandais sur des signaux électriques émis par les cerveaux de nouveau-nés, soumis pendant leur sommeil à des morceaux de Rythm&Blues, cette perception ne nécessite pas d'attention volontaire, est présente dès la naissance (probablement après un apprentissage in utero selon les auteurs), reposerait sur des mécanismes innés, et constituerait un avantage évolutif (concurrentiel) pour tous les Humains (encore qu'il y ait encore du chemin à faire pour réussir à adoucir les mœurs Humaines -toujours barbares- avec la musique) ; merveilleux... il faut vite reproduire l'étude sur d'autres musiques pour rassurer (post-mortem) Mozart, Miles Davies, les Beatles... (etc.), sans oublier les Pygmées dont les rythmes asynchrones, ancestraux, n'ont pas réussi à charmer la gente simiesque locale !]

Vous pouvez recevoir la Newsletter mensuelle de Pharmaclient par e-mail !
Gratuitement à la fin de chaque mois
Merci de vous inscrire dans le formulaire CONTACT


Actualisation / Updating: Jan 15 2017