NEWS 
DÉCEMBRE 2007

   

Clic rapide ! Retour News du Mois Retour Moteur de Recherche Retour Accueil du Site

 

 

 

Propos à méditer (Sidney Taurel, C.E.O. Groupe Eli Lilly - Le Temps, 15 Décembre 2007, à l'occasion de l'annonce de son départ en retraite en Mars prochain):
"Une fusion pour atteindre une taille critique n'est pas à l'ordre du jour car il n'y a pas de corrélation entre le succès scientifique et commercial d'une entreprise Pharma et sa taille, mesurée à la capitalisation boursière, au chiffre d'affaires ou aux parts de marché. La taille critique est atteinte lorsqu'une société peut être présente sur tous les marchés mondiaux, a la capacité scientifique de faire homologuer de nouveaux médicaments, et dispose d'un budget de R&D d'au moins US$ 2 Milliards. Croître par méga-fusion n'est par un facteur de succès. C'est même le contraire. Vous créez en effet un monstre qu'il faut alimenter. Ainsi Pfizer, 1er groupe Pharma mondial, devrait mettre sur le marché 4 à 5 blockbusters par an pour parvenir à une croissance de 10% des ventes chaque année. Ce défi est très difficile à relever. Par ailleurs, je crois que l'ère des blockbusters est bientôt révolue. La médecine s'oriente de plus en plus vers des thérapies mieux ciblées sur les besoins des patients, des médecins et des contributeurs financiers. Le modèle actuel n'est pas efficace. Les produits pharmaceutiques ne fonctionnent en moyenne que sur la moitié seulement des malades. Cette part varie de 20% pour les produits anticancéreux, à 80% pour les Statines utilisées pour combattre les maladies cardiovasculaires. Cette faible efficacité est de moins en moins bien acceptée par les systèmes de santé. Mais les nouvelles technologies de la bio-informatique, des bio-marqueurs et de la pharmaco-génomique vont nous permettre de déterminer quels types de patients répondent ou ne répondent pas à tel médicament. De plus, la FDA est peut-être devenue trop prudente : avant elle privilégiait les résultats scientifiques, puis, suite aux violents reproches de la presse et des milieux politiques, elle est devenue conservatrice. Il faut changer le système par la mise en place d'un organisme international, peut-être rattaché au NIH aux USA, qui récolterait toutes les données médicales lorsque les médicaments sont sur le marché. Aujourd'hui, seuls les effets secondaires sont rapportés (via la pharmacovigilance), sans qu'on ait une vision globale de l'efficacité du produit. Les systèmes de santé disposeraient ainsi, au moment de décider du retrait ou non d'un médicament, des 2 colonnes du bilan, pas seulement du côté passif."

 

NEWS   Décembre 2007

Les évènements du mois de  PHARMACLIENT.NET

Stratégie Pharma

* SANOFI-AVENTIS France gèle toute restructuration chez ses V.M. jusqu'à l'Été
[Analyse: les 2600 V.M. n'attendent pas de nouvelles mesures avant la fin de l'année, après une réduction progressive (par non remplacement des départs naturels) depuis la fusion entre Sanofi et Aventis en 2004 (moins 500 personnes en 2006-2007), en parallèle avec les contraintes du CEPS, une rationalisation des portefeuilles, l'arrivée de génériques déstabilisateurs, et le lancement mitigé de l'Acomplia]

* Annulation des marges arrière en officine : accord sur un relèvement à 17% du plafond des remises sur les génériques pour les pharmaciens et baisse de prix pour les industriels
[Analyse: le plafond de remise légale des officines passe de 10.74% à 17% du PFHT sur les génériques, spécialités sous TFR comprises, en échange d'une suppression des marges arrière ; de plus, la marge du grossiste (10.30%) en cas d'achat en direct sera intégrée pour l'ensemble des médicaments remboursables ; enfin, une baisse ciblée du prix des génériques (ceux dont le prix est plus élevé que la moyenne Européenne) va permettre une économie de € 100 Millions pour l'Assurance-maladie ; au total ce mécano est gagnant-gagnant pour presque tous les acteurs (sauf les grossistes) : les officinaux qui voient leurs craintes face aux contrôles de la DGCCRF s'annuler, les génériqueurs pour qui l'opération est neutre, car le volume global de baisse de leurs prix équivaudrait à la diminution des marges consenties aux pharmaciens, les fabricants de princeps pour qui l'iniquité précédente est grandement réduite, et bien sûr la tutelle]

Politique et économie de la Santé

* 10 Décembre : 3èmes Journées Parlementaires sur le DMP... au milieu du gué? 
[Analyse : incroyable... les acteurs du projet réunis autour des politiques ont synthétisé (brillamment) la situation («un fiasco») pour continuer comme avant, malgré le rapport accablant de l'IGAS-Finances, ne concédant à la Ministre que la possibilité d'ouvrir plus largement le champ des hébergeurs, voire de n'en pas prendre comme référence (Caisse des Dépôts) ; ce qui n'a pas empêché de discuter encore sur le masquage du masquage (comme sur le sexe des anges) ou de promettre des débats sur la question récurrente du contenu ; plus sérieusement, la Ministre a paru pragmatique (un contraste) en voulant se donner le temps de réussir (10 ans) avec 3 facteurs clés de succès, (1) une feuille de route, (2) un consensus sur elle, (3) l'organisation d'une phase de concertation d'ici au Printemps 2008 (avec un nouveau séminaire de 2 jours à la clé) ; plus sérieusement aussi, l'analyse de l'échec par Dominique Coudreau : la difficulté de faire travailler les professionnels de Santé ensemble, le problème de la non-culture informatique au niveau le plus haut de l'État, l'absence de structure forte de maîtrise d'ouvrage, la difficulté du dialogue avec les industriels (les consortiums) sur des intentions ambiguës, une difficulté conjoncturelle due à une transition imprévue à la Caisse des Dépôts, et surtout l'absence de pilotage politique face à la diversité de la CNAM et de la DGS ; souhaitons que le réalisme l'emporte, et que suite au succès du DP (Dossier Pharmaceutique), la future feuille de route scinde le projet en 2 (qui pourront se rejoindre à terme... long) : un projet de dossier informatisé pour les seuls professionnels qui favorise la médecine en réseau (prioritaire), et, un projet de dossier informatisé pour les citoyens-patients (urgence, information, prévention, dans le cadre de la Loi Kouchner), avec pour les 2 une forte sous-traitance aux industriels, l'État restant garant et régulateur]

* Mon compte AMELI pour les assurés sociaux : un nouveau service en ligne sécurisé de la CNAMTS 
[Analyse : après une expérimentation dans 4 caisses pilotes, le projet est généralisé au niveau national ; suite à leur inscription, les assurés volontaires consultent leurs paiements des 6 derniers mois en temps réel, pour vérifier leur situation au regard de la déclaration de médecin traitant, communiquer électroniquement avec leur caisse, et enfin, à partir de Mars 2008, télécharger un relevé mensuel de prestations (contrepartie : la suspension de l'envoi postal de ces relevés par la CNAMTS) ; au total des gains de productivité internes, une responsabilisation accrue, une meilleure coopération avec les complémentaires (les informations contenues dans ce relevé seront transmises à la complémentaire santé par voie électronique à compter de mi-2008) ; le service n'a pas été testé par Pharmaclient... souhaitons que la montée en charge informatique ait été bien programmée (le service parallèle aux médecins dit «Web médecin» pour lequel 17 000 praticiens libéraux se sont inscrits est encore bien peu utilisé, en raison de son invraisemblable lenteur)]

Fusions-Acquisitions en Santé

* Acquisition par RECKITT BENCKISER (en France : www.reckittbenckiser.fr) d'ADAMS RESPIRATORY, pour US$ pour 2.3 Milliards, soit 37 % de plus que le cours de clôture, et 7 fois le CA
[Analyse : déjà repreneur de l'activité automédication de Boots Healthcare International pour US$ 3.9 Milliards avec les marques OTC internationales Strepsils, Clearasil et Nurofen, Reckitt renforce sa position aux USA ; en effet, Adams est une société Américaine cantonnée au territoire national et une fabuleuse success story : il y a 18 mois, elle ne commercialisait qu'un seul produit en 3 présentations, Mucinex, le leader des expectorants pour adultes... jusqu'à l'acquisition de la ligne de produits Delsym , un antitussif liquide, en Juin 2006 ; en 2007, le CA a augmenté de 39% à US$ 332 Millions (résultat net : US$ 92 Million!)... sans commentaires]

* Acquisition par PHILIPS de VISICU, selon une OPA amicale de US$ 430 Millions, soit (après déduction de la trésorerie de US$ 130 Millions) 8 fois le CA, et une prime de 38% par rapport au cours de clôture
[Analyse : Visicu est une petite société Américaine, basée à Baltimore (Maryland) et fondée en 1998, qui conçoit des logiciels pour la gestion d'unités de soins intensifs dans les hôpitaux, avec un réel succès (CA : US$ 35 Millions, +65 %) et profitabilité ; Philips, après la cession de ses semi-conducteurs l'an dernier, se recentre toujours plus sur l'équipement médical (services compris) avec cette acquisition et celle de Respironics ; la stratégie est ici d'intégrer la technologie de suivi à distance des patients et de soutien à la décision médicale de Visicu au monitorage des patients de Philips, pour une meilleure assistance en matière de décision médicale, et des gains de productivité à l'hôpital dans les services d'urgence]
              + Novembre 2008 : Philips va supprimer environ 1600 emplois dans le matériel médical, soit 5 % des 32 000 emplois de sa division médicale dans le monde, dans le cadre d'un programme d'optimisation

* Acquisition par PHILIPS de RESPIRONICS, selon une OPA amicale de US$ 5.1 Milliards en cash, soit une prime de 24% par rapport au cours de clôture et plus de 4 fois le CA
[Analyse : nouvelle acquisition importante en Santé pour Philips (après déjà 3 cette année), Respironics, basée à Murrysville (Pennsylvanie) et spécialisée dans les appareils d'assistance respiratoire et d'aide au sommeil, a réalisé un CA d'environ US$ 1.2 Milliard et une belle marge d'EBITA de 19% (pour le segment) ; le marché US des dysfonctionnements respiratoires augmente de 10% par an ; en France, Respironics a une petite filiale près de Nantes qui distribue les Ventilateurs BiPAP pour traiter les insuffisances respiratoires chroniques (à domicile) et aiguës (à l’hôpital), les concentrateurs d’oxygène pour traiter les BPCO accompagnées d’un déficit en oxygène dans le sang artériel, le Polysomnographe et le Polygraphe pour diagnostiquer les SAOS, et des appareils de PPC (Pression Positive Continue)]

* Acquisition par le fonds d'investissement AVISTA Capital de la division imagerie médicale de BMS, pour US$ 525 Millions, soit moins d'une fois le CA
[Analyse : le prix peut paraître faible, compte tenu des multiples actuels, mais il reflète la valorisation de la division à moyen terme, après le choc de la perte de brevets sur les produits injectables pour tests cardio-vasculaires de la gamme Cardiolite, soit 60% du CA, dès 2008 ; le CA 2006 a été de US$ 658 Millions, avec une bonne profitabilité opérationnelle ; ainsi BMS se coupe des bras les uns après les autres (Mead Johnson pour les laits infantiles et Convatec pour les pansements et poches artificielles seraient aussi annoncés, mais avec un autre enjeu : US$ 13 Milliards), pour sauvegarder son core business Pharma]

Carnet en Santé (détails dans la PHARMAGALERIE)

* Bernard Poussot, chez WYETH HQ, comme C.E.O. 
[Analyse : auparavant, WYETH HQ, Group President et Vice-chairman (2006 - 2007), WYETH LEDERLE (A.H.P.) HQ, President Global Pharma (1997 - 2006), WYETH LEDERLE (A.H.P.) HQ, President International Pharma (1996 - 1997), WYETH LEDERLE (A.H.P.) HQ, Executive Vice President International (1993 - 1996), WYETH (A.H.P.) Europe, D.G. zone Europe (1991 - 1993), WYETH (A.H.P.) France, D.G., puis P.-D.G. (1986 - 1991), SEARLE (MONSANTO) HQ, D.G. Directeur Marketing Monde (1984 - 1986), SEARLE (MONSANTO) France, Directeur Marketing Ventes (1981 - 1984), MERCK SHARP & DOME- CHIBRET France, Chef de Produit, puis Chef de Groupe et Directeur B.U. ; Né en 1952 à Nancy, Sup de Co (Paris) 1975]

* Claude Santini, à l'ACADÉMIE NATIONALE DE PHARMACIE, comme Président
[Analyse : auparavant, ACADÉMIE NATIONALE DE PHARMACIE, Membre (1994 - ), puis Secrétaire Général adjoint (2003 - 2006), SERVIER, D.G. Pharmacien-Responsable (1996-1999), BOUCHARA, D.G. Pharmacien-Responsable (1983 - 1995), UPSA, Directeur du Développement (1982 - 1983), SNIP, Directeur des Affaires Scientifiques et Techniques (1974 - 1982) ; Né en 1940 (estim.), Pharmacie, SNIP, Administrateur (1984 - ), puis Vice-Président (1991 - 1999), et Vice-Président de l'ACIP (encore actuellement)]

* Vincent Bouldoires, chez ALLIANCE HEALTHCARE France, comme Directeur Commercial Laboratoires Pharma
[Analyse : auparavant, IVAX France, Directeur B.U. Génériques (2004 - 2005), IVAX France, Directeur du Développement et Pharmacien Responsable (2003 - 2004), BAYER CLASSICS (BAYER PHARMA France), Responsable Développement et Affaires Réglementaires (2000 - 2002), Pharmacie]

* Damien Salauze,  à l'INSTITUT CURIE, comme Directeur Valorisation et Relations Industrie 
[Analyse : auparavant, SEPAL PHARMA, C.E.O. (2004 - 2007), NOVAGALI PHARMA, Président du Directoire (2003 - 2004), AURIGA PARTNERS, Senior Consultant, puis Directeur Associé (2002 - 2003), AVENTIS PHARMA HQ (France), Senior Directeur Marketing (2000 - 2001), RHÔNE POULENC RORER HQ (France), Directeur Marketing International U.T. (1998 - 1999), RHÔNE POULENC RORER HQ (France), Manager Gencell Bellon, INSTITUT PASTEUR, Chercheur (1986 - 1989), HÔPITAL Rouen, Responsable Analyse Biologique (1982 - 1986) ; Né en 1961, Pharmacie (Docteur, 1983), Sciences (Docteur, 1990), Insead MBA]

* Didier Barret, chez MYLAN, comme Président Zone EMEA 
[Analyse : auparavant, MERCK GÉNÉRIQUES France (MERCK LIPHA), D.G., puis P.-D.G. (1995 - 2007) et MERCK GENERICS Europe-Afrique, Directeur Régional (2005 - 2007) ; Né en 1964]

* Françoise Weber, à l’Institut de veille sanitaire (InVS), comme D.G., en remplacement de Gilles Brücker
[Analyse : auparavant, ÉTAT, Conseiller Technique auprès du Ministre de la Santé, Xavier Bertrand (UMP), puis Directeur de Cabinet adjoint, en charge du Médicament (2005 - 2007), ÉTAT, D.G.S., Responsable de la politique de santé publique dans le domaine des dispositifs médicaux, puis AFSSAPS, Directeur du département de l’évaluation médico-économique et Secrétaire générale de la commission de la Transparence HAS (2003 - 2005) ; Directeur de la Pharmacovigilance en Labos pharmaceutiques (Delagrange, Jouveinal, Parke-Davis, Pfizer, Bayer, 1988 - 2000), Cabinet de Médecine Générale (1982 - 1987) ; Née en 1957 (estim.), Médecine (Docteur), Diplôme en statistique et épidémiologie]

Relation Client

* Acquisition par MAPI NAXIS de JNB-DEVELOPPEMENT, pour un montant non divulgué
[Analyse : fondée en 1974 par Bernard Jambon et Jean-Louis Ménard, MAPI spécialisée dans les essais cliniques pour un CA de l'ordre de € 45 Millions, se diversifie dans la pharmaco-économie, domaine d'expertise du cabinet de conseil médico-économique JNB (CA : € 3 Millions), fondé par Jacques Nicolas Biot (auparavant, PASTEUR MÉRIEUX S.V., D.G. Division Immunologie (1989 - 1992), PASTEUR MÉRIEUX S.V., Secrétaire Général (1988 - 1989), ROUSSEL UCLAF HQ, Secrétaire Central (1985 - 1988), ÉTAT, Ministère de l'Industrie et de la Recherche, puis Premier Ministre, Conseiller Technique auprès de Laurent Fabius, PS (1983 - 1985), ÉTAT, Ministère de l'Énergie, Conseiller Technique auprès d'Edmond Hervé, PS (1983), Né en 1952, Polytechnique 1971, Mines 1974) ; MAPI-NAXIS est la CRO du Groupe MAPI spécialisée dans les essais cliniques et les études pharmaco-épidémiologiques ; Jacques Biot et son associée depuis 2000, Christelle Gros, restent opérationnels du nouvel ensemble]

* Acquisition par les fonds d'investissement BAIN et 3I de la CRO Américaine QUINTILES, auprès d'un autre fonds d'investissement One Equity Partners, filiale de JP Morgan, avec une recapitalisation parallèle, pour un total de US$ 3 Milliards
[Analyse : Quintiles est spécialisé dans la recherche clinique pour le compte de l'industrie pharmaceutique et l'un des leaders mondiaux (20 000 employés et des bureaux dans plus de 50 pays) et il ne s'agit que d'un transfert de participations dans le cadre de difficultés opérationnelles (le métier du développement clinique externalisé est en pleine mutation) ; en France, Quintiles s'était déjà adossé à un tiers]

Internet en Santé

* Un nouveau site-pathologie Internet sur la DMLA (la principale cause de mal-voyance dans les pays industrialisés) sous le patronage de la Société Française d'Ophtalmologie (SFO) et Novartis
[Analyse : petit site attractif sur une maladie fréquente et invalidante, la Dégénérescence Maculaire Liée à l'Âge: près d'un Million de personnes touchées en France, la plupart âgée de plus de 50 ans ( la prévalence de la DMLA augmente avec l'âge: près d'une personne sur trois après 75 ans et une personne sur deux à partir de 80 ans) ; un petit site bien fait, avec une très bonne vulgarisation (2 seuls bémols : impossible de copier-coller les textes, ce qui est surprenant compte tenu de l'absence de confidentialité ou de valeur marchande, et la rubrique "Accéder à la maison virtuelle DMLA" est en construction !) ; à noter une assistance téléphonique via le 3213 en disant «DMLA» (0,15€ / min TTC) ; pour sensibiliser, la SFO a lancé une campagne nationale télévision, presse écrite et Internet auprès du Grand Public]

* EQO, un site Internet consacré à l’évaluation de la Qualité à l’officine 
[Analyse : conçu par l'Ordre des Pharmaciens pour les officinaux, voici de l'information Web à forte valeur ajoutée, avec une partie ouverte et une partie fermée (avec identifiant et mot de passe) ; chaque équipe officinale a la possibilité de se situer par rapport aux exigences d’un référentiel de bonnes pratiques, avec possibilités de formation et d'assistance pour définir et mettre en œuvre des actions d’amélioration ; en pratique, 2 services : un outil d’auto-évaluation simple et rapide (auto-déclaration), sur la gestion les ressources humaines, l’équipement la dispensation, la traçabilité, la prévention et la qualité (avec comparaison concurrentielle), et, une bibliothèque dynamique en correspondance (documents téléchargeables) ; l'ensemble est sérieux et documenté : avec le succès expérimental du DP, l'Ordre est décidément dynamisé]

* Campagne BIOGARAN sur les Génériques, avec les animateurs Fred et Jamy
[Analyse : une vulgarisation réussie du métier de génériqueur et des génériques (vus du côté patient) grâce à l'expérience télévisuelle des 2 compères Frédéric Courant et Jamy Gourmaud, animateurs de l’émission «C’est pas sorcier» ; c'est bien fait, clair, parfois rigolo, et il est possible de voir la vidéo de 3 façons toutes gratuites : la visionner en ligne (en streaming), la télécharger ou demander un DVD dans son officine habituelle... tandis que Jamy raconte la vie du médicament, Frédéric nous embarque dans l’aventure passionnante de sa fabrication... Félicitations pour l'initiative]

Chiffres Clés de Pharmaclient

* Un Milliard de PC en fonctionnement, en 2008
[Analyse : il a donc fallu 27 années pour atteindre le premier Milliard d'ordinateurs utilisés et il en faudra seulement 5 de plus pour passer à 2 Milliards, grâce à des prix plus bas et à une demande forte en provenance des pays du BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine) ; sans surprise, l'équipement en PC est corrélé à la richesse (et pas aux besoins en éducation), mais la saturation en Europe n'est pas atteinte ; à noter : l'équipement en téléphone mobile est allé beaucoup plus vite (mais avec le même pattern géographique), les 4 Milliards étant proches... dans l'attente de la convergence des 2 outils de l'Homo Communicatus]

Gadgets de l’e-humain

* Des objets du quotidien détectent le Wi-Fi : un T-shirt, un sac-bagage et une montre
[Analyse : pour éviter d'avoir à allumer son ordinateur portable, des objets usuels testent l'accessibilité locale Wi-Fi, où que l'on se trouve ; au menu, une montre digitale qui après une simple pression du bouton Wi-Fi situé sur la face du cadran permet au porteur d'obtenir une estimation chiffrée de zéro à huit de la puissance du signal ; ou bien un T-shirt, avec un visuel présent sur la face de ce vêtement qui réagit en présence d'un hotspot (ici, le niveau de réception des signaux 802.11b comme 802.11g est exprimé selon le nombre de barres verticales affichées sur le logo... mais 3 piles dans une poche intérieure sont nécessaires) ; ou bien une série de bagages comportant la technologie baptisée Wiffinder de Soyntec, soit un petit dispositif à écran LCD et un bouton qui permet d'activer la fonction recherche de réseau... les 2 premiers gadgets sont à moins de 20 €, le 3ème à 42 €, donc on peut se faire les 3 cadeaux en même temps, le T-shirt et le sac bandoulière pour son prochain voyage d'affaires en Californie (pas de costume-cravate) et la montre parce qu'elle donne aussi l'heure!]

Divers

* 3 nouvelles mesures à contenu psycho-pédagogique entrent en vigueur au 1er Janvier 2008 : interdiction finale du tabac dans les lieux publics, introduction des franchises médicales, et déremboursement total des veinotoniques
[Analyse :  le fumeur contrevenant risque 68 € d'amende (le restaurateur ou le tenancier risque, lui, 135 €), mais il sait qu'il peut être accompagné financièrement à hauteur de 50 € pour le sevrage tabagique (à noter que l'an dernier, lors de la première étape d'interdiction dans les entreprises et lieux publics, la mesure avait donné lieu à une flambée (doublement) de consommations des substituts... mais que cela n'avait pas duré, le marché revenant à la période antérieure, dès Juin) ; le citoyen risque jusqu'à 50 € pour les franchises (en espérant que des comportements déviants ne viennent pas laminer cette démarche de responsabilité) ; la femme qui souffre de lourdeur de jambes risque bien peu si elle utilise des bas de contentieux, esthétiques et résistants (remboursés par la Sécu et les complémentaires) et qu'elle sait choisir la bonne période de l'année (avant l'Été) pour une cure payante de veinotoniques... 3 mesures de bon sens qui vont dans le bon sens, en attendant...]
                + Janvier 2008 : dès le début, l'interdiction totale du tabac est bien respectée (et acceptée par la population) ; pour les franchises, un aménagement a été accepté par la tutelle qui stipule, notamment pour l'homéopathie, qu'aucune franchise ne peut être supérieure au montant remboursé du médicament... par exemple, si un médicament coûte 1 € et est remboursé à 35 %, cela
fait 35 centimes de remboursement et la franchise ne sera pas de 50 centimes, mais écrêtée à 35 centimes (le remboursement de l'homéopathie dont la plupart des produits sont vendus à des prix de cet ordre est donc maintenu par principe politique, mais quasi abandonné -hors Complémentaires- en pratique ; pour le déremboursement des veinotoniques, encore une fois la polémique est née sur les augmentations de prix de ventes «acceptables» après déremboursement
                + Février 2008 : 1.5 mois seulement après son entrée en vigueur dans les cafés, hôtels, discothèques et restaurants français, l'interdiction totale de fumer induit une chute brutale, de l'ordre de 15 %, des admissions aux urgences pour infarctus du myocarde (nouvel indicateur issu de la base de données Oscour, géré par l'Institut national de veille sanitaire, INVS)... c'est bien l'interdiction totale qui génère le plus d'effet positif (des statistiques semblables en Irlande et en Italie)

BABYMOVIE, une échographie-souvenir en 4D avec un DVD et des photos !
[Analyse : à partir de 50 €, commencez l'album vidéo (l'album photo, c'est dépassé!) de votre héritier(e) par les premières images de votre enfant in utero, en 4 dimensions, la quatrième étant celle du temps, le DVD rassemblant plusieurs épisodes au fur et à mesure de la grossesse (par exemple, 4 séances de 15 minutes chacune à 20, 24, 28 et 32 semaines d'aménorrhée) ; voilà une bonne idée émouvante pour toute la famille et les proches, développée par une professionnelle de Santé para-médicale, à la fibre entrepreneuriale... juste une petite contrainte : le studio est en Belgique !]

 

Vous pouvez recevoir la Newsletter mensuelle de Pharmaclient par e-mail !
Gratuitement à la fin de chaque mois
Merci de vous inscrire dans le formulaire CONTACT


Actualisation / Updating: Jan 15 2017