NEWS 
AOÛT 2008

   

Clic rapide ! Retour News du Mois Retour Moteur de Recherche Retour Accueil du Site

 

 

NEWS   Août 2008

Les évènements du mois de  PHARMACLIENT.NET

Stratégie Pharma

* Mue, comme annoncée, du groupe PIERRE FABRE vers une fondation, avec un nouveau DG inattendu, Jean-Pierre Garnier
[Analyse :  Pierre Fabre (82 ans), Président et fondateur (à Castres en 1961) du 2ème Labo Français indépendant (après Servier, avec 10 000 employés et un CA 2007 de € 1.7 Milliard), cède toutes ses actions (soit 60% du total) à la Fondation Pierre Fabre qu'il préside et qui a été déclarée d'utilité publique en 1999 ; Pierre Fabre SA est transformée en société à conseil de surveillance, dont il assurera la Présidence, tandis que le directoire sera présidé par Jean-Pierre Garnier, 60 ans, qui présidait le groupe GSK jusqu'en Mai 2008, date de son départ annoncé en retraite ; Jacques Fabre, le neveu du fondateur (célibataire dépourvu d'héritiers directs), est Vice-président du C.A. ; officiellement le changement de statut et d'actionnariat vise à garantir l'indépendance du groupe, mais la venue de "Jipé" implique des mouvements plus ambitieux (se rappeler que le laboratoire Wellcome était une fondation et que la moitié des ventes de P.F. vient des produits cosmétiques vendus en pharmacie sous les marques Avène, Ducray, Klorane...)]

* Poids croissant des médicaments facturés en sus (hors T2A) dans les établissements de santé
[Analyse : selon une étude de la DREES, entre 2004 et 2006, la PDM des médicaments (onéreux) inscrits par le CEPS sur la liste en sus est passée de 16 % à 43 % des ventes totales à l'hôpital ; la PDM atteint même 61% si l'analyse est restreinte aux lits MCO ; ce sont des médicaments innovants (donc très chers : la moitié à plus de € 200 l'unité, voire plus de € 2000 pour 13 d'entre eux), majoritairement anticancéreux et immuno-modulateurs, et leur classement hors T2A vise à assurer que l'accès universel au soin est respecté ; à noter que la comparaison de 2006 vs. 2004 est biaisée par le transfert massif des médicaments rétrocédés vers les achats directs par les patients en officine... et que ces résultats visent à ne pas laisser indifférente la tutelle de régulation, alors qu'au même moment une autre information signale que le NICE Britannique a rejeté le remboursement de 4 anti-cancéreux onéreux car ils ne prolongent la survie sans progression cancéreuse que de 6 mois en moyenne et coûtent plus de € 25 000 par patient et par an]

Politique et économie de la Santé

* Annonce de la généralisation du RSA (revenu de solidarité active) à compter du 1er Juillet 2009 
[Analyse : actuellement en test dans 34 départements expérimentateurs, le RSA devrait passer au Parlement d'ici début 2009 ; c'est une réforme profonde (le RSA est un impôt négatif sur le revenu, sa fonction est de réduire la pauvreté, en se substituant à d'autres dispositifs à bout de souffle, et il s'accompagne d'un nouveau prélèvement de € 1.5 Milliard) ; en ce sens, même s'il n'est pas directement lié aux questions de santé, le choix politique de son application et de son déploiement pèseront sur les nouvelles dispositions de financement de la Sécurité Sociale et des complémentaires (en 2010?), avec une préférence actuelle en faveur du bouclier sanitaire lié aux revenus, au détriment du panier de soins, selon les experts, au moment où le magazine Prescrire titre sur "5 millions de patients renoncent aux soins pour des raisons financières, soit 24 % des Français plus pauvres et 32 % des assurés sans assurance complémentaire, et quand le reste à charge est le plus élevé"... les grandes manœuvres se profilent]

* Nouveau rapport (IGAS-IGF) préconisant de taxer les produits gras, sucrés et salés
[Analyse : au menu (pour de nouvelles recettes de poche... mais aussi et surtout pour tenter de contrer l'inquiétante "épidémie" d'obésité en France qui touche 10% de la population totale avec un impact majeur sur le diabète, l'HTA, et déjà 42% si l'on y ajoute le surpoids) ; déjà dans le cadre du PLFSS 2008, le Parlement avait envisagé la création d'une taxe de 1 % sur les ventes de boissons sucrées ; aujourd'hui, 3 pistes sont explorées, comme un taux normal de TVA (19.6 %) au lieu du taux réduit (5.5 %) sur certains produits alimentaires, une taxe additionnelle spécifique pour les boissons sucrées et la hausse de la TVA sur les produits de grignotage ; la démarche est parallèle à celle des taxes sur l'alcool ou le tabac, mais plus délicate à implémenter (périmètre des produits concernés), mais elle sera tôt ou tard... dans le pipe]

Fusions-Acquisitions en Santé

* Acquisition par l'Américain KING de l'Américain ALPHARMA pour US$ 1.4 Milliard en cash, soit + 37 % par rapport au cours de clôture
[Analyse : à ce stade, ce n'est qu'une offre non sollicitée, avec la menace de sa transformation en OPA hostile... sachant que la bourse anticipe une surenchère, avec une hausse du cours de 43 % à New York ; King, fondé en 1994 et basé à Bristol (Tennessee) est un Labo éthique de taille moyenne concentré sur le marché US : ici, il s'agit d'une stratégie de taille et d'extension de gamme (Alpharma est spécialisé dans les anti-douleurs avec notamment le patch Flector et le morphinique Embeda), sachant que King a en cours d'enregistrement à la FDA Remoxy, un opioïde antidouleur et qu'un de ses produits leaders Altace (ramipril) vient d'être génériqué ; la réponse d'Alpharma a été négative en attendant mieux, mais les tailles concernées -respectivement US$ 2.1 Milliards de CA 2007 pour King et US$ 720 Millions pour Alpharma- devraient rendre l'opération inéluctable]
                 + Novembre 2008 : affaire conclue pour US$ 1.6 Milliard (l'opération permet à King d'accroître son CA d'environ 25 %, pour le porter à près de US$ 3.5 Milliards pro forma 2008]

* Acquisition par l'Australien CSL de l'Américain TALECRIS, pour US$ 3.1 Milliards (€ 2.1 Milliards)
[Analyse : les anciens Business Units de dérivés du sang (plasmas) d'Aventis et Bayer sont ainsi fusionnés et consolidés : CSL avait repris Aventis Behring en 2004, et Talecris a été créée par les fonds d'investissement Américains Cerberus Partners et Ampersand Ventures en 2005 avec l'acquisition de l'activité plasma de Bayer pour seulement US$ 590 Millions ; les dérivés du sang sont une activité globalement stable (et profitable et sûre, après les déstabilisations passées suite à des innovations Biotech) pour un total mondial de US$ 15 Milliards (CSL va augmenter ses ventes de 30% et pro forma le nouvel ensemble atteint un CA de US$ 4.4 Milliards) ; c'est aussi une belle opération de levier financier, avec synergies de concentration : CSL ne valorise Talecris que 12 fois son EBE, tandis que Baxter, le leader mondial avec un CA 25% supérieur, se paie en Bourse actuellement 15 fois et CSL 21 fois]
                   + Mai 2009 : la FTC (autorité US de régulation de la concurrence) émet un avis défavorable à la fusion (une première depuis longtemps en Santé, et pour l'administration Obama), même si la nouvelle entité ne serait que 2ème sur le marché Américain des dérivés du sang, derrière Baxter
                   + Juin 2009 : CSL jette l'éponge face aux risques juridiques d'un conflit avec la FTC et s'engage à payer US$ 75 Million pour compenser la rupture

Carnet en Santé (détails dans la PHARMAGALERIE)

* Pierre Morgon, chez BIOALLIANCE PHARMA, comme D.G.
[Analyse : auparavant, SCHERING-PLOUGH France, Directeur B.U. Primary Care, Affections Respiratoires, Dermatologie, Cardiologie (2006 – 2008), B.M.S.-UPSA France, Vice Président, Opérations Hôpital (2004 - 2006), YAMANOUCHI PHARMA France, D.G. (2003 - 2004), AVENTIS PASTEUR (AVENTIS), Vice Président Marketing Global Produits (2002 – 2003), AVENTIS PASTEUR (AVENTIS), Vice Président Marketing International (1998 – 2002), SYNTHÉLABO HQ, Directeur Marketing USA-Canada-Japon (1993 – 1998), SYNTHÉLABO HQ, Chef de Groupe International Europe (1991 – 1993), SYNTHÉLABO France, Chef de produit (1990 – 1991), ICI-PHARMA France, Chef de produit Hôpital (1988 – 1990) ; Né en 1963, Pharmacie, MBA ESSEC]
            + Mai 2009 : annonce de son départ de Bioalliance

Relation Client

* 1 000 Milliards de pages Web dans le monde
[Analyse : voilà le dernier recensement, symbolique, par Google... mais il ne faut pas oublier que le Web "caché" est au moins 10 fois plus important (pages dans des sections protégées, pages tagguées 'no index') ; Internet a non seulement envahi notre vie quotidienne, mais est devenu incontournable pour toute la documentation, nos achats, l'actualité, nos dialogues sociaux, et ce n'est qu'un début, dans l'attente des outils (très complexes à configurer) du Web intelligent et individualisé (le Web 3.0)... tout en sachant que paradoxalement cette masse gigantesque n'empêche pas la réussite d'acteurs de taille modeste (le référencement de Pharmaclient.net, un site professionnel pointu, en est un bon exemple)]

Internet en Santé

* Les sites Internet Biotech, une vraie réussite avec des moyens limités 
[Analyse : au moment où Pharmaclient va dévoiler les résultats de son 3ème audit des sites Internet Pharma en France, lancé mi-Septembre en souscription (avec des surprises importantes et un mouvement général vers plus de qualité et plus de pro-activité), une des leçons nouvelles apparaît bien la percée des petits sites Biotech avec des moyens limités, un grand sens pédagogique (pour des projets très techniques), une actualisation ardente, et avec ou sans introduction en Bourse, une vraie relation client... quelques exemples parmi d'autres : CELLECTIS, EXONHIT, GENFIT, NOVAGALI, NOVEXEL, etc.]

Chiffres Clés de Pharmaclient

* 3%, ratio de rentabilité nette globale des cliniques privées en France 
[Analyse : selon un audit de la DREES, la rentabilité est similaire pour les cliniques en MCO (médecine, chirurgie et obstétrique), gouvernées par la T2A depuis 2005, et pour les autres ; la situation économique des cliniques privées, satisfaisante en moyenne, est marquée par une grande hétérogénéité : 22% des cliniques affiche des pertes et 11% présente une rentabilité économique supérieure à 10.5% sur CA ; le principal critère de rentabilité est, sans surprise, la bonne gestion (et en ce sens, hormis les missions générales, l'hôpital est très en deçà), avec une tendance à une meilleure rentabilité pour les grosses unités (d'où consolidation) et pour les niches (promues par des équipes soignantes renommées)]

Gadgets de l’e-humain

* La révolution des Netbooks en marche, suite à l'adhésion inattendue du Public 
[Analyse : terme maintenant consacré, le Netbook est un mini-ordinateur ultra-portable ; la dite révolution, initiée par ASUS mi 2007 avec l'EEE-PC, n'en était conceptuellement pas une, car HP, il y a bien longtemps, commercialisait des ordinateurs de poche avec un écran de 5 pouces et des touches microscopiques ; ce qui est nouveau, c'est l'acceptation du public, les performances correctes (Linux, processeur, disque dur, Internet) et le prix très bas fixé par ASUS (donc plus un gadget de luxe, comme HP, mais un outil pratique et mobile, à la place ou en complément d'un portable 15 pouces, à moins de € 250) ; depuis l'Été 2008 et le lancement par Asus d'un second modèle plus performant avec un écran de 9 pouces (au lieu de 7), tous les grands fabricants (Lenovo, Acer, Fujitsu-Siemens, MSI, LG ou Toshiba) se sont rués sur le nouveau créneau avec des prix variant entre € 210 et 450, selon caractéristiques ; une vraie révolution donc, avec encore un bémol : l'autonomie encore trop faible]

Divers

* Première médicale à la la Pitié-Salpêtrière (AP-HP) : le Laser thermique dans le cancer expérimenté dans une étude clinique limitée (publication dans Neurosurgery : 63(1) Operative Neurosurgery Supplement 1)
[Analyse : une équipe de chirurgiens, dirigée par Alexandre Carpentier, a réussi à détruire des tumeurs métastatiques du cerveau grâce au laser et à l'imagerie par résonance magnétique (l'IRM est utilisée pour guider une opération au laser du cerveau) ; en premier lieu la tumeur est localisée grâce à une IRM, puis, chirurgie sous anesthésie locale, avec percement d'un trou de seulement 3 mm dans le crâne, introduction par cet orifice d'une fibre optique, équipée d'un laser, qui est activé sur les cellules tumorales, les échauffe et les tue... le traitement ne dure que 3 minutes ; une étude pilote (15 patients, régie par l'AFSSAPS) prometteuse (mais attention à ne pas rêver!), avec des résultats marquants, au moins 9 mois de rémission, alors que l'espérance de vie ne dépasse pas 3 mois habituellement]

Vous pouvez recevoir la Newsletter mensuelle de Pharmaclient par e-mail !
Gratuitement à la fin de chaque mois
Merci de vous inscrire dans le formulaire CONTACT


Actualisation / Updating: Jan 15 2017